Hausse des plaintes liées au logement

D’après le baromètre annuel sur les plaintes des usagers du logement établi par la Confédération Générale du Logement (CGL), le nombre des plaintes émises par les locataires ont augmenté entre 2011 et 2012. L’association de consommateurs dénonce l’incapacité du gouvernement à pallier ces problèmes.

Les chiffres ne sont pas rassurants. La CSG, association de consommateurs fondée à l’origine par l’abbé Pierre, établit chaque année un baromètre des plaintes qui lui sont adressées par e-mail. C’est près de 10 000 courriers qui ont été recensés et classés par catégories pour dresser ce bilan statistique. Le résultat ? Les plaintes, en hausse, concernent essentiellement l’immobilier locatif.

Les dépôts de garantie et les troubles de la jouissance au cœur du problème

Les dépôts de garanties (16% des plaintes adressées à la CSG en 2012) représentent la cause première de litige. Un chiffre en augmentation (15% environ en 2011). L’association souligne la recrudescence des locataires floués par un propriétaire peu scrupuleux, lesquels ne remboursent pas au départ du locataire la caution versée au moment de l’emménagement. Viennent ensuite les troubles de la jouissance (plus de 15% des plaintes en 2012, contre 13% en 2011). Bien souvent, ce sont des problèmes d’insalubrité et d’humidité : chauffages qui ne fonctionnent pas, isolation non adéquate, voire fuites d’eau et courants d’air… L’association déplore là encore les pratiques de certaines propriétaires, qui louent certains logements dans des conditions déplorables.

Augmentation des plaintes relatives aux réparations et travaux ainsi que celles liées à l’état des lieux

Les plaintes liées aux réparations et travaux sont aussi en augmentation (plus de 9% des plaintes en 2012, contre moins de 8% en 2011). La CSG blâme les pratiques des propriétaires malhonnêtes qui font intervenir des professionnels pour effectuer des travaux dans leur logement au frais de leurs locataires, alors que la loi impose que ces travaux soient effectués par le propriétaire. Enfin, les requêtes liées aux états des lieux ont plus que doublé en un an (de 1,5% à 3% des plaintes enregistrées environ). L’association dénonce là encore le fait que certains propriétaires surestiment leur bien lors de l’entrée pour ensuite noter tout ce qui est anormal lors de la sortie du locataire, afin de rejeter la responsabilité des réparations éventuelles sur ces-derniers.