Février : constante baisse du nombre de constructions

Février : constante baisse du nombre de constructions
Rate this post

La crise du logement n’est pas prêt d’être résolue. Selon les derniers chiffres du ministère du Logement, les mises en chantier tout comme les demandes de permis de construire sont en net repli sur le long terme.

Recul des mises en chantier

Les mises en chantier de logements neufs se sont établies à 79 283 unités sur la période décembre-février, soit quasiment 10% de moins que la même période l’année précédente. Même constat sur les mises en chantier de logement ordinaires avec un recul de 9,7% constaté sur cette même période. Le secteur des logements en résidence (pour étudiants et seniors) n’est pas en reste avec un recul de 12,5% du nombre de mises en chantier (5 008 unités).

Chute du nombre de permis de construire accordés

Le problème, c’est que les perspectives futures ne semblent pas meilleures. Du côté des demandes de permis de construire accordées(des futures mises en chantier donc), le recul est encore plus marqué. – 22% pour les logements neufs entre décembre 2013 et février 2014, – 24,1% pour les logements ordinaires sur la même période. Seuls les logements en résidence ont le vent en poupe, avec une augmentation de 32,5% (5 916 unités) du nombre de permis accordés. Au total, on note sur une période d’un an un repli cumulé de 17,9% du nombre de permis de construire délivrés.

 Un constat alarmant ?

Si ces chiffres peuvent faire peur, il n’y a pas lieu de s’inquiéter selon Olivier Eluère, économiste du Crédit Agricole. En effet, « Les permis sont plutôt à relier aux stocks. Or, on a actuellement des stocks assez élevés, même si plus de la moitié de ces logements sont en vente mais restent en projet – seuls 40 % sont déjà construits ou en cours de construction -, il est donc logique que les nouveaux projets soient en recul assez marqué ». En d’autres termes, Il faut attendre que les logements construits soient vendus avant d’en construire de nouveaux. La difficulté provient du fait que les prix stagnent à un haut niveau, empêchant une vente fluide des biens immobiliers…